PELVISPONDYLITE RHUMATOIDE

 

BILAN

entretien

âge, poids/taille, profession, loisirs

date de début, progression

douleurs : prédominance nocturne

diminue au dérouillage matinal

région lombaire, puis dorsale, puis cervicale, puis membres

périodes de poussées

pathologies associées : troubles oculaires : uvéite ou iritis

troubles cutanés : rhumatopsoriasis

troubles digestifs : inflammation de l'intestin

troubles vésicaux : urétrite

examen morphostatique

attitude du skieur dans cas les plus évolués : délordose lombaire, cyphose dorsale, raideur cervicale épaules en avant, thorax aplati, flessum hanche, genou.

flèches rachidiennes

examen dynamique

schöbert, distance doigt/sol, schöbert étagé, inclinaisons, rotations, mouvements cervicaux.

ampliation thoracique

amplitudes articulaires membres

signe du trépied

bilan fonctionnel

accroupissement

monopodal (douleur sacroiliaque)

bilan musculaire

hypotonie muscles fessiers, abdos

hypoextensibilité plan antérieur (grand pectoral), IJ

bilan respiratoire

CV

périmètres thoraciques : 3 cm en sous-axillaire, 5-7 cm en xiphoïdien.

 

REEDUCATION

EN PHASE DE POUSSEE

préconiser repos pour éviter enroulement

repos en DD, proposer DV en prévention

dans formes très évoluées : coquille maintenant dos et tête

HORS PHASE DE POUSSEE

objectifs : diminuer réaction douloureuse

prévenir l'enraidissement

récupérer ce qui a été perdu lors des poussées

maintenir état musculaire correct

conserver ventilation costale

principes : obtenir coopération patient (évolution patho)

compenser raideur rachidienne par souplesse hanches et épaules.

dominante antalgique

physiothérapie chaude, électrothérapie antalgique, massage (intercostaux, pectoraux, trapèzes paravertébraux)

postures : DV en sphinx

DD, coussin sous lombaires, bassin fixé, mains derrière tête, poids sur coudes.

DV, bassin sanglé, MS en ROL le long du corps, coussins sous épaules, genoux, chevilles

dominante orthopédique

postures

contracté-relâché (grands pectoraux)

assouplissement : MI en crochet, faire anteversion

4 pattes : creuser lombaire

position profonde de KLAPP

assis, mains derrière nuque, inclinaisons, rotations

debout face à l'espalier, descendre mains sur barreaux

assis sans chaise, MS en l'air, accrochés à barreau.

dominante musculaire

paravertébraux : DV, MS en ROL, le long du corps, décoller tête et thorax

progression : mains aux épaules, en chandelier, lever un MI, les 2

DD, bras en chandelier, enfoncer tête ou talons

DD, MS à 150°, résister

4 pattes, élévation MS, MI

progression : 2 mains aux épaules, double menton, inflexion d'un côté

assis, EAA

fente, EAA, creuser dos, bras en chandelier

abdo : DD, MS à 150°, résister

DD, MI à 30°, tenir

dominante respiratoire

respiration associée à tout les exercices.

DD, abdomen sanglé, inspiration en levant les MS.

assis, mains aux épaules, inspirer, rentrer le ventre.

relaxateur de pression

éducation du patient

éviter lit mou, DL en chien de fusil, fauteuil mou, siège bas, long trajet en voiture, crawl, froid, humide.

rechercher position allant dans le sens de l'extension rachidienne, aménager plan de travail, dos crawlé.

 

QUESTIONS

définition : enthésopathies : lésions inflammatoires des enthèses 'insertions tendineuses) entraînant                                 une ossification tendineuse et une ankylose.

sujets jeunes : 18-35 ans, masculins

évolution sur 15 à 30 ans

clinique : phase de début : syndrome pelvien

phase d'état : - syndrome pelvien

- syndrome rachidien

- syndrome articulaire et enthésopathies : arthrite périphérique

- syndrome extra-articulaire et troubles associés

radio : - syndrome pelvien : grand cliché de DESEZE : dorsolombopelvifemorale de face

pseudoélargissement de l'interligne

érosion des berges

fusion (disparition interligne)

- syndrome rachidien : syndesmophytes (ossification ligamentaire) : colonne de bambou

rail médian

- syndrome articulaire et enthésopathies : pincement, érosions

surtout les petites articulations (calca)

 

disparition interlignes sacroiliaques

positions de KLAPP :                        lordose                        cyphose

            redressée                     L1-L4             C7-T4

            semi-redressée            T11-T12                      T5-T6

            horizontale                  T8-T10                        T8-T10

            semi-profonde            T5-T7              T11-T12

            profonde                     T1-T4              L1-L4

 

 

© 2013 JO & CO
PELVISPONDYLITE RHUMATOIDE