CHEVILLE

 

entorse de cheville

BILAN

période antalgique et antioedème (J0 à J8)

bilan fonctionnel

impotence fonctionnelle

douleur majeure

bilan articulaire

ne pas tester la talocrurale

voir si enraidissement TFS, médio et avant-pied

bilan musculaire

contractures

microruptures corps charnu et tendon

bilan CTV

oedème massif

 

réhabilitation du patient

bilan fonctionnel

douleur diminuée

plus de béquille

boiterie d'esquive (spatiale et temporelle)

bilan articulaire

limitation de toutes les articulations (surtout arrière-pied)

bilan musculaire

faiblesse musculaire

bilan CTV

oedème persistant

 

REEDUCATION

période antalgique et antioedème (J0 à J8)

objectifs : permettre cicatrisation ligamentaire

augmenter mobilité, diminuer douleurs, diminuer oedème

maintenir fonction optimum

principe : ne pas faire d'inversion (mouvement vulnérant)

dominante articulaire

massage, mobilisation avant-pied, TFS

mobilisations spécifiques

massage de Cyriax (pas de MTP car ligament pas en tension)

dominante musculaire

massage décontracturant

MTP ou Cyriax sur tendons

lever d'inhibition des fibullaires

contractions isométriques des fibullaires, du TP (stabilisateurs latéraux)

dominante CTV

surclive, contractions isométriques, massage, contention

dominante fonctionnelle

repos, diminution ou arrêt de la mise en charge tant que douleur importante (peut être nécessaire pendant plusieurs jours) ? cannes pour déplacements

massage, froid, strapping

glaçage le plus précoce possible pendant 20-30 min, 4 fois/jour

 

 

réhabilitation du patient

objectifs : rendre au patient une fonction normale, complète, semblable à celle avant le traumatisme

principe : progressivité

dominante articulaire

mobilisation spécifique du pied (remettre cuboïde en place : plus haut)

mobilisation globale

mobilisation vers inversion petit à petit

dominante musculaire

travail des fléchisseurs, extenseurs et éverseurs en analytique, CO, CF

association des 3 plans en même temps

contrôle

dominante fonctionnelle

si entorse grave : appui autorisé à J15

proprioception (bipodal, monopodal, YO, YF, sautillements, plan instable (freeman, trampoline), lutte contre résistance manuelle, marche sur terrain accidenté)

rééducation de l'équilibre

 

QUESTIONS

mobilité

cicatrisation limite mobilité sagittale en chaîne ouverte et capacité de pronosupination

60% de F/E de l'arrière-pied appartient à la subtalaire

IMK : rééducation talocrurale, subtalaire, rotations, tibia/fibulla

stabilité

IMK : qualité ligamentaire

vigilance des éléments actifs (muscle loge postérieure, surtout LFO, LFH)

contraintes

éléments ont besoin de repos pour cicatriser

sollicitations pour trophicité et retrouver fonction

IMK : protection (interdiction de contraintes)

mise en tension progressive

fonction

tient pas en monopodal, esquive monumentale lors marche, aides de marche, pas de course, pas de saut

IMK : entretien cinétique de marche, protection par orthèse et aide de marche

 

classification : entorse bénigne : simple élongation ligamentaire, douleur, impotence fonctionnelle

modérée, pas de laxité

entorse modérée : rupture partielle d'un ou plusieurs ligaments sans compromettre la

stabilité de l'articulation, laxité partielle

entorse grave : rupture complète d'un ou plusieurs ligaments, hémarthrose, laxité,

impotence fonctionnelle

 

fracture bimalléolaire

clinique : grosse cheville, impotence totale

complications : luxation tendons, nerfs, vaisseaux antérieurs, nerf tibial postérieur

hémarthrose, décollement peau, nécrose cutanée à J8

déplacement secondaire sous plâtre

phlébite, SAND,raideur

instabilité

arthrose (10-15 ans plus tard)

traitement : botte plâtrée (cruropédieux au début)

 

 

avant consolidation

pas de flexion dorsale (écartement des malléoles)

lutte contre troubles trophiques : surclive, massage

mobilisations des articulations libres

lutter contre l'amyotrophie du triceps : travail en poutre

ne pas solliciter en varus (entorse) et valgus (compression malléolaire en fin d'amplitude)

après consolidation

remise en charge progressive

marche sur la pointe des pieds

travail de la stabilité de la cheville : bipodal, fente avant, unipodal (genou déverrouillé)

mobilisation de toutes les articulations

 

fracture du calcanéum

J1 à J10

traitement antalgique et trophique

contre-indication : pas de flexion dorsale forcée avec appui sous l'avant-pied

pas de flexion plantaire active contre résistance

massage, froid, surclive, contention, bains écossais

contraction en poutre : extension des orteils + flexion plantaire

flexion des orteils + flexion dorsale

éversion + flexion des orteils

inversion + extension des orteils

béquillage, transferts

J10 à J45 : appui contact

antalgique, trophique

éviter la tendance à l'équin : décompression articulaire

étirement progressif du triceps

travail en poutre

proprioception en décharge : fuyez mon doigt

appui contact

escalier

J45 à J90 : appui progressif

mobilisations

travail actif avec légère résistance en distal car appui progressif

skate-board, ballon sous le pied

appui progressif

 

QUESTIONS

classification de Duparc : type I : séparation peu ou pas déplacée (fracture articulaire)

type II : fracture luxation

type III : fracture tassement à 3 fragments

type IV : fracture tassement à 4 fragments, rupture corticale inférieure

type V : comminution

risques : hyperkeratose au talon : germes

peau en mauvais état : risque nécrose

luxation tendons fibullaires, TP, LFH (incarcérés dans fragments)

traitements : types I et V : lit pendant 10 jours, petite attelle, surclive, mobilisation active dès qu'il

peut, chaussures montantes et appui en fonction douleur jusqu'à J40

-60 appui complet à J90

types I et V : plâtre de marche (GRAFFIN), lit pendant 48 h, surclive

appui antérieur immédiat, appui complet à J90

types II et III : enclouage à foyer fermé : broches en percutané sous contrôle radio

lit pendant 8 jours, surclive, plâtre pendant 6-8 semaines

appui progressif

types III et IV : reconstruction-ostéosynthèse

 

fracture des métatarses

consolidation : 3 semaines quand non déplacé

6 semaines quand déplacé

avant consolidation

semelle talonnière

travail statique des intrinsèques du pied : griffe, extension des orteils

mobilisation des métatarses avec des prises courtes

après consolidation

orthèse de soutien plantaire : rétrocapital

mise en charge précoce selon la douleur

mobilisation articulaire intermétatarsiennes

mobilisation de tout le pied

 

fracture du naviculaire (scaphoïde)

traitement fonctionnel

sans déplacement du tubercule : strapping, décharge relative de 8 à 15 jours

ou

botte plâtrée pendant 1 mois

contre-indications : flexion plantaire, ADD, supination active

flexion dorsale, ABD, pronation passive

traitement chirurgical

botte plâtrée pendant 1 mois

surveiller les signes de SAND : sueurs, douleur à la percussion osseuse, douleurs nocturnes,

rougeur, chaleur, peau luisante, chute de poils, ostéoporose

pommelée à la radio.

 

fracture du talus (astragale)

avant 3 mois

botte plâtrée

lutter contre troubles trophiques

pas de décharge de longue durée

après 3 mois

remise en charge progressive

récupérer la mobilité de l'arrière-pied et de Chopard

renforcer le triceps sural

attention à bien réintégrer le talus quand on fait flexion dorsale.

Attention à la nécrose osseuse et à l'arthrose secondaire

 

rupture du tendon calcanéen

traitement chirurgical

J1 à J45 : botte plâtrée

surclive

entretien hanche orteils, MS, MI controlatéral

irradiations musculaires à partir des MS (chaîne postérieure)

contractions isométriques IJ et gastrocnémiens : 1ère semaine : genou > 90°, pied en équin

2ème semaine : genou à 60-90°

3ème semaine : genou à 30°

4èmes semaine : genou > 90°, pied à 90°

etc...

2 CA, talonnette sous le pied controlatéral

J45 à J90

orthèse talonnière pendant 21 jours (diminution progressive en fonction de la reprise d'appui)

reprise de l'appui sur 15 jours, donc appui complet à J60

étirement progressif du triceps

pliométrie

fente avant

après J90

marche sur la pointe des pieds

 

QUESTIONS

SACP : système achiléo-calcanéo-plantaire : désinsertion du jumeau interne

rupture du tendon calcanéen

rupture de l'aponévrose plantaire

 

 

© 2013 JO & CO
Cheville