Botath

Principes :

 

But du traînement : modification des mouvements anormaux puis réintroduire les mvts normaux.

Principe travail proximo-distal (ex: contrôle tête--> tronc--> épaule--> coude--> main)

 

Techniques:

I) Inhibition :

 

Mettre le patient ds les positions inverse d'où il été peut ainsi réduire la spasticité et les mvts anormaux. Ces points s'appellent des points clé de contrôles. qui sont proximaux ou distaux. La dissociation des ceintures scapulaires et pelvienne (=rotation des ceinture par rapport a l'autre) est un autre schéma d'inhibition réflexe. L'appui équilibre le tonus.

 

Positions d'inhibition : épaule antépulsion rotation externe coude supi et extension poignet doigt et pouce en extension.

 

MI hanche en extension genou flexion; cheville flexion dorsal et pied en éversion.

 

II) Travail du contrôle statique :

 

Technique de PLACING (placement ou control statique)

Le membre est inhibé et mis dans une position --> on demande au patient de tenir cette position. On éloigne le membre et on demande de tenir puis de revenir ( Kirsher)

 

Technique de stimulation ( pour aider le placing)

Le lâcher rattraper. Le membre est mis en position d'inhibition. Le MK demande au patient de le tenir. Pour le stimuler il lâche puis rattrape rapidement le membre.

 

Le tapping : Le Mk tape les zones a solliciter.

 

III) Facilitation

 

C'est faire bouger. Le Mk doit fr sentir au patient le mvt normal Le patient n'apprend pas le mvt mais la sensation du mouvement. ex lors de la réalisation des NEM (Niveau d'évolution Motrice) dans chaque position le Mk corrige la posture. Guidage + + +.

 

IV) Les stades décrit par bobath.

 

Stade initial flasque

Stade spastique

Stade de récupération relative.

 

Se chevauchent +++.

 

1) stade flasque

Le mk doit s'opposer au développement futur d'une fort spasticité ds les membres. Le mk doit s'opposer aux schémas typiques de la spasticité des membres avant qu'ils ne se développent.

 

Pr briser schéma (inhibition, placing) apprentissage auto inhibition

 

2) stade spastique:

Continuation du 1er stade  + travail global (facilitation) NEM si possible

travail MS MI tronc.

 

3) stade de récupération relative.

Lorsque l'utilisation de la main et la marche sont correctes

 

 

 

Perfetti

 

Eléments retenus par Perfetti sur le Mouvement

 

1)      réaction anormale à l’étirement (=spasticité) Variabilité.

 

Son intensité est fonction des positions mais aussi de la tache motrice et perceptive proposée au patient, l’attention qu’on lui demande et l’objet de l’attention. Le SNC peut « contrôler » l’intensité du réflexe d’étirement après apprentissage.

 

2)      Irradiation anormale : (syncinésie)

 

Chez tt le monde, la contraction volontaire d’un groupe musculaire entraîne la contraction d’autres groupes. Ce phénomène est augmenté chez l’hémiplégique : seuil d’apparition + bas, phénomène plus important. L’irradiation active toujours les mêmes groupes musculaire, qui sont ceux compris dans les schémas synergiques.

 

3)      dérèglement du recrutement des unités motrices :

 

Le réglage de l’intensité de la contactions musculaire = réglage d’Unité Motrice activées. (Se fait mal chez l’hémiplégique).

 

Principe de traitement

 

Théorie cognitive :

 

La qualité de la récupération est déterminée par l’attention que porte le patient à son mouvement. Le MK doit organiser les exo de telle façon que le patient s’interroge sur son geste (il doit comparer a ce qu’il fait vraiment ses perception proprioceptive et perceptive. Travail yeux ouvert puis obligatoirement yeux fermé).

 

Il faut une phase d’élaboration et une phase de réalisation. Cette confrontation ne peut avoir lieu que si le patient a réalisé une hypothèse perceptive.

 

Techniques :

 

Exercice stade 1 :

But : apprendre à contrôler la spasticité à travers un prétexte (ex la reconnaissance d’un objet ; sentez vous l’appui de votre doigt sur ma main ?)

Les exo les yeux fermé en PASSIF.

Travail segmentaire ou globale.

 

 

Exercice Stade 2 (on peut être au stade 1 pr une articulation et au stade 2 pr l’autre…) :

But : acquisition du contrôle de la syncinésie

Les exo les yeux Fermé en ACTIF Aidé 

 

Exercice Stade 3 :

 

Travail de fragmentation (stabiliser qq part qd on mobilise le reste. Yeux ouvert en actif au début mono articulaire puis poly articulaire (ergo cuisine menuiserie…)

 

Seule contre-indication : gros trouble de la compréhensions. Sur le plan sensitif seuls les troubles massifs.

 

Nouvelles approches de la motricité :

 

Neuroplasticité : 

3 mécanismes : Une réorganisation des réseaux neuronaux ; une modification dans la somatotopie du cortex sensori moteur ; Une réorganisation du métabolisme cérébral.

 

Modalité qui montre leur efficacité :

La répétition.

L’intensité de la rééducation. (L’intensité n’augmente pas la spasticité)

Le travail tâche orienté : travail fonctionnel meilleur résultat.

 

Application pratiques en Kinésithérapie :

Bras contraint.

Stimulation Electrique Fonctionnelle SEF

La marche par allégement corporel. (rééducation orienté de la tache et l’existence d’un générateur spinal de la marche)

Technique de rééducation par réalité virtuelle.

 

 

 

 

 

 

© 2013 JO & CO
Bobath / Perfetti