ASTHME

 

BILAN

entretien

âge, taille/poids, profession, loisirs

tabagisme

date et début des crises, fréquence, intensité, facteurs déclenchants, traitement

bilan morphostatique

ceinture scapulaire élevée

bilan respiratoire

GDS : hypoxémie, petite hypercapnie (puis normale après la crise)

radio : distension

DEP : 150 L/mn (à prendre avant et après la séance)

augmentation fréquence respiratoire (puis normale après la crise)

dyspnée : EVA

ventilation abdominodiaphragmatique

sibilants à l'expiration, grésillements à l'oreille

auscultation : obstruction sur temps expiratoire

expectoration géliforme et dense, sécrétions très adhérentes et faible filance

bilan musculaire

muscles inspirateurs accessoires palpables

contractures trapèzes, SCOM, scalènes, paravertébraux et dorsaux

 

REEDUCATION

objectifs : calmer, rassurer le patient

diminuer la douleur

corriger les attitudes ou les utiliser

désencombrer

améliorer la ventilation

dominante antalgique

massage, demi-assis au assis ou appui antérieur

massage des muscles accessoires uniquement si patient n'en a plus besoin

désencombrement

attention à ne pas majorer l'obstruction ou déclencher une crise

demi-assis, rachis droit

AFE rapide active, reprise inspiration et toux contrôlées : inspiration nasale lente

AFE lente avec pincement des lèvres

améliorer la ventilation

ventilation dirigée : à voir car la basse fréquence augmente la dyspnée et augmente le travail respiratoire

diminution fréquence respiratoire + augmentation volume courant + lèvres pincées = amélioration ventilation des collatérales et configuration des coupoles diaphragmatiques

dominante musculaire

respecter activité des muscles inspirateurs accessoires tant qu'obstruction persiste

demander leur relâchement au fur et à mesure de l'éloignement de la crise (contrôle visuel ou sensitif)

expiration sollicitée progressivement car patient dans VRI

rachis droit, pas d'enroulement des épaules

dominante fonctionnelle

encouragement à reprendre les AVQ

contrôle bonne prise de sprays (regarder le patient réaliser son geste puis le corriger)

exécution et interprétation des résultats du débitmètre de pointe (met en évidence la réversibilité de l'obstruction bronchique) (dans l'asthme, DEP dépend du bronchospasme)

apprentissage des techniques de désencombrement et contrôle de la toux

signes annonçant une crise : sensation de gène respiratoire, oppression thoracique, essoufflement,

toux sèche, diminution DEP

 

QUESTIONS

définition : affectation caractérisée par des crises de dyspnée déclenchée par différents agents ou          par un exercice, accompagnée par des signes cliniques d'obstruction totale ou partielle,   réversible entre les crises.

la crise : début nocturne (augmentation de l'activité cholinergique)

dyspnée augmente, sollicitation de tout les muscles respiratoires, gène surtout en expi

sueurs, râles sibilants à l'auscultation

toux et expectoration signent la fin de la crise

physiopathologie : bronchospasme : dominance des bronchoconstricteurs (cholinergiques)

inflammation : pollens, acariens, fumée, froid... ? libération de médiateurs ?

histamine ? bronchoconstriction + Inflammation

hypersécrétion bronchique : inflammation ? augmentation production mucus,

viscosité, adhésivité, diminution filance ? crachat

perlé de Laennec

patient obstructif sévère : souffler à lèvres pincées

ne pas souffler trop fort (effort abdominal)

ne pas trop appuyer sur le thorax

formes : asthme à dyspnée paroxystique

asthme à dyspnée continue

stades : I : asthme léger : < 1 à 2 crises par semaine, crises nocturnes < 2 par semaine

asymptomatique entre les crises

VEMS ou DEP > 80%

variation de DEP < 20%

II et III : asthme modéré : > 1 à 2 crises par semaine, crises nocturnes > 2 par mois

prise de bêta-2-mimétique quasi-quotidienne

VEMS ou DEP à 60-80%

variation de DEP à 20-30%

IV : asthme sévère : crises fréquentes et sévères, crises nocturnes fréquentes

limitation des activités

VEMS ou DEP < 60%

variation DEP > 30%

médicaments : bronchodilatateurs : bêta-2-mimétiques

anticholinergiques : ventoline, bricanyl, atrovent

corticoïdes

antihistaminiques

 

critères pour le contrôle de l'asthme :

symptômes diurnes < 4 jours/sem

symptômes nocturnes < 1 nuit/sem

activité physique : normale

absentéisme professionnel ou scolaire : aucun

utilisation de bêta-2-mimétique < 4 doses/sem

VEMS ou DEP > 85% de la meilleure valeur personnelle

variation du DEP < 15% de variation diurne

 

DEP : 3 mesures, garder la meilleure

mesurée matin et soir

différence = (DEPsoir – DEPmatin)/(0,5 * (DEPsoir + DEPmatin)

 

© 2013 JO & CO
Asthme